Comment developper son rythme

- COMMENT DEVELOPPER SON RYTHME À LA GUITARE ?

Comme je l’ai dit très souvent dans  « le guitar Vlog », si on devait bosser une seule chose tous les jours, pour moi ça serait le rythme.

En effet que ce soit mes élèves ou les guitaristes dont je peux voir les vidéos sur Facebook ou youtube ce qui fait le plus défaut aux musiciens occidentaux c’est bien le rythme…

Quel est l’élément commun à tout grand musicien tous styles et tout instrument confondus ? C’est un bon sens du rythme.

Je parle ici de rythme dans le sens large du terme mais on peut lui attribuer plusieurs notions:

  • le tempo: le tempo est censé être une constante commune à tous les musicien d’un même groupe pour pouvoir jouer ensemble. Il peut arriver qu’il y ait un changement de tempo dans le morceau ou que le morceau accélère un petit peu ou ralentisse un petit peu. Certains sont totalement contre ces petites accélérations ou ralentissements mais moi je me dis que si la musique le demande il ne faut pas hésiter.
  • Vous n’avez qu’à écouter «  septembre » de earth wind & fire de la fin au début et vous vous rendrez compte que le morceau a accélérer, ou milestones New de miles davis et là vous vous rendrez compte que le morceau a ralenti. Qui oserait jeter la pierre à ces deux artistes.
  • Le rythme c’est la façon de « remplir » le tempo avec les différentes figures rythmiques: noires, croches, triolets etc… ce qui est magique c’est qu’avec des liaisons, des subdivisions, des silences et le concept du polyrythme on atteint pratiquement une infinités de possibilités.

 

  • Le groove et le swing: « le groove c’est une sorte de swing et le swing c’est une sorte de groove. » Difficile de définir ces deux termes qui font que la musique est magique. On attribut le terme groove a des rythmes binaires la plupart du temps et le terme swing au jazz qui est censé être ternaire. Comment définir le sentiment de l’amour ou de la joie ? Difficile de décrire un état avec des mots … en général on le sait sans pouvoir l’expliquer… il suffit d'écouter Michael Jackson chanter ou danser pour comprendre ce qu’est le groove; Charlie Parker ou canonball adderley pour comprendre ce qu’est le swing… 
  • L'interprétation rythmique: vous avez sûrement entendu parler de «  jouer au fond du temps » ou « devant le temps » ou « jouer sur le temps ». C’est le fait d'interpréter le rythme tout en gardant le tempo. On pourrait rajouter à ça le fait de jouer rubato. Dans le jazz certains solistes jouent au fond du temps ou Lay back comme john scofield, dave liebman ou Sylvain Luc parmi tant d’autres. J’ai tendance à faire ça aussi…plus par mimétisme car j’ai relevé beaucoup de solos de ces trois artistes mais je dirais que ça dépend du contexte car dans des tempos extrêmement rapide il est très dur de jouer au fond du temps. Dans ce cas là même la notion de swing est subjective… ceci dit lorsque qu’on ralentit des solos très rapides de grands jazzmen il y a néanmoins une notion de swing qui est directement générée parles phrases elles mêmes. 
  • L’assise rythmique: solide comme un rock ! Parler de ça dans ce chapitre est limite New âge … c’est un des aspects sur lequel je pratique le plus. Faire des noires mais profondes ( encore une fois exprimer un sentiment avec des mots n’est pas facile). Ces dernières années j’ai pu constater que beaucoup de batteurs et de musiciens en général manquait cruellement d’assise rythmique. Pour moi il faut que quand on joue seul le tempo soit ancré profondément, par exemple lorsqu’on joue en guitare solo ou en duo avec un chanteur il faut que le tempo soit clair et omniprésent même si on joue des polyrythmes ou des tempos dans le tempo. Quand on joue avec un batteur qui a une bonne assise rythmique on le ressent car on a même pas besoin de réfléchir ou de concentrer, on est comme sur un tapis roulant d’aéroport.

Dans la guitar school il y a 3 chapitres complets consacrés au rythme. D’ailleurs je peux vous dire qu'après avoir filmé toutes ces vidéos j’ai ressenti les progrès presque instantanément surtout les exercices du chapitre II pour développer son sens rythmique. La transe, le chant, les percussions… assimilés à une sorte de méditation que je met en pratique dès que je peux: en voiture, en transport en commun, quand je marche dans la rue etc… 

J’ai d’ailleurs écrit de nombreux exercices pour ce chapitre qui seront publiés au fur et à mesure et qui feront appel à l'indépendance.

L’habitude

Il est évident qu’une personne qui n’a jamais joué en 7/4 ou en 5/8 ou 15/16 etc… ne peut pas être à l’aise du jour au lendemain.

Il s’agit ici de signatures rythmiques peu orthodoxes mais c’est le cas pour tous types de rythmes. Exemple une personne qui vient du rock à souvent du mal sur du reggae ou du swing ou même du funk par exemple.

Chaque style a sa propre interprétation rythmique, son propre groove son propre langage etc… 

En faisant le métier de guitariste professionnel on est souvent confronté au fait de jouer tout un tas de styles différents et surtout de faire du studio. C’est là qu’on se rend vraiment compte. Comme j’ai beaucoup travaillé le jazz et la fusion il est difficile de « se restreindre ».

Déjà au niveau du matériel harmonique mais aussi rythmique…

L’intérêt de jouer très lentement

À chaque fois que je travaille lentement consciencieusement je remarque les progrès presque instantanément tout comme les exercices de sens rythmique du chapitre II de la guitar school.

Après avoir travaillé avec le métronome à 40 pendant quelques heures on se sent d’un coup plus précis et plus inspiré’ rythmiquement surtout quand on commence à utiliser des débits dont on a pas l'habitude comme le quintolet par exemple.

Mettre l'idée rythmique en premier plan

 

Ça fait plusieurs années que je fais cet exercice… j’ai commencé à travailler ça avec les thèmes be bop, c’est à dire que je prenais un morceau de Charlie Parker et que je m’imposais à improviser avec le rythme du thème. À ce moment là on se rend compte que rien que le rythme seul suffit à le faire entendre et aide à créer un super solo et surtout à donne presque une infinité de possibilités si on décale les fragments rythmiques. 

J’ai aussi remarqué que l’on lorsqu’on adore une phrase dans un solo c’est souvent le rythme qui nous interpelle donc n’oubliez pas de relever les emplacements des phrases: de quel endroit part la phrase et où arrivent elle ? C’est peut être aussi important que les hauteurs de son qui la compose. 

 

Dans toutes ces vidéos vous trouverez quelques idées pour travailler le rythme et dans la guitar school vous en trouverez beaucoup plus, n’oubliez pas qu’il vaut mieux jouer des fausses notes en rythme que de jouer les bonnes pas en rythme … idéalement c’est de jouer les bonnes avec un super rythme … 

Ajouter un commentaire

Code incorrect ! Essayez à nouveau