Comment improviser

- COMMENT IMPROVISER AVEC LES MODES ?

Introduction

Je trouve que la question est revenue très souvent dans les commentaires du Guitar Vlog.

Et c’est vrai qu’il y a finalement peu de gens qui savent réellement jouer modal et encore moins de gens qui savent l’expliquer, même dans certaines écoles de musique très connues.

J’ai mis énormément de temps à comprendre comment on improvise avec les modes tout simplement car il n’y a rien du tout à comprendre mais à entendre ! 

Les notes c’est comme des mots, c’est la façon de les agencer qui font que les phrases ont un sens ou pas.

Je me revois un prof dans une école de ma région qui a un nom très très connu qui nous disait de jouer Ab mineur mélodique sur un accord de G altéré ( car Ab mineur mélodique et G superlocrien sont composés des mêmes notes ) c’est de la MERDE de penser comme ça !!! Et c’est pour ça que les étudiants n’y comprennent rien et qu’ils n’arrivent pas à phraser. 

Effectivement les modes sont issus d’une gamme mais ça ne marche pas de penser en dérivation.

-« c’est facile de jouer D dorien, on a qu’a jouer la gamme de do sur un Dmin7 »

Voici typiquement la mauvaise méthode.

Lorsqu’on improvise avec un mode il faut repenser toute l’articulation autour des pôles principaux du mode. Et surtout il faut arriver à entendre la couleur du mode car chaque mode a sa couleur, sa personnalité, son univers… 

Lorsque j’ai traité le sujet des modes dans le Guitar Vlog je me suis lancé le défi d’arriver à faire entendre le mode sans basse ou accords de références. 

Grâce à ce travail j’ai vraiment progressé en improvisation modale sur un seul accord ou au sein d’une grille de plusieurs accords, du coup on peut s’amuser à « colorer » librement chaque accord selon ses goûts. 

Ma méthode :

Chanter chaque mode à partir d’une fondamentale pour bien entendre le mode et les intervalles qui le composent. Croyez moi en faisant ce travail vous allez vraiment vous rendre compte de ce qu’est un mode.

On joue le mode soit avec une corde à vide qui fait « un bourdon » pour toujours se référer à la fondamentale et se rendre compte de la valeur des notes selon leurs places vis à vis de cette fondamentale. 

On s’amuse à improviser un solo ou une pièce parsemée d’accords comme je le fais dans les vidéos. 

Après avoir fait ce travail sur les 7 modes de la gamme majeure, les 7 modes de la gamme mineure harmonique, les 7 modes de la gamme mineure mélodique et les 7 modes de la gamme majeure harmonique je peux vous garantir que ça m’a fait beaucoup progresser et j’ai trouvé quels modes je voulais développer en priorité.

Outre les très connus comme le mode dorien ou mixolydien, j’ai un goût très prononcé pour le dorien b2 ( mode issu du II degrés du mineur mélodique ), le mixolydien b6 ( V du mineur mélodique) et des modes du majeur harmonique… ceci dit j'écris ça maintenant mais peut être que demain ça aura changé.

Il y a tellement de modes … des centaines sûrement… à une époque je voulais m’amuser à tous les recenser mais ce n’est pas chose aisée car il y a énormément de sources divergentes… 

Si on considère les modes à 7 notes, on pourrait considérer toutes les gammes pentatoniques, les gammes heptatoniques, triade pairs, modes à 8 notes ou 9 notes, modes symétriques et synthétiques, modes à transpositions limités de Messiaen et j’en passe.

Dans l’excellent Guitar Cook book de Romain Morlot on peut en trouver un nombre très important ! Quel boulot pour recenser tout ça !!! 

Et pour faire de la musique avec tout ça, plusieurs vie de travail ne seraient pas de trop !!! 

Dans le Guitar Vlog saison 1 j’ai commencé à explorer certaines gammes un peu folkloriques telles que les hongroises ou perse … mais je leur consacrerai un article à chacune car je trouve ça très intéressant et stimulant. 

Je peux vous garantir que cette méthode est la bonne car elle marche clairement sur les gens sur lesquels j’ai pu la tester. Il n’y a pas un élève à qui j’ai expliqué ce système qui ne m’a pas dit «  ha ça y est j’ai compris !!!»

Pour s’entrainer on peut s’amuser à jouer so what de miles davis ou impressions de john coltrane ( ces deux morceaux ont la même grille basée sur le mode dorien).

Se focaliser sur un mode en particulier est un bon moyen de progresser et d’entendre la différence. 

Quand je travaille le jeu modal sur la grille de so what je m’entraine à passer d’un mode à l’autre,

J’utilise le mode mineur mélodique, dorien #4, dorien b2, dorien b5 ou la gamme napolitaine majeure ou autres… en fait tous les modes qui contiennent la tierce mineure et la sixte majeure et je m’amuse à m’accompagner en même temps avec les accords caractéristiques comme si j'étais pianiste. Et au final quand on fait ça on finit vraiment par entendre chaque couleur et sur tout on se sent plus libre.

Le contexte

On utilise les modes surtout dans les musiques dérivées du jazz et les musiques traditionnelles. Il y a une personne qui suit le Vlog qui m’a dit que dans le métal aussi les nouveaux groupes travaillaient beaucoup sur les modes un peu plus « exotiques ».

Les modes les plus utilisés sont sans doute le mode dorien et le mode mixolydien ( dans le blues par exemple).

Mon ressenti :

Personnellement j’ai plusieurs méthodes ou systèmes pour jouer « modal ».

Je dirais même plus que selon le mode il y a une méthode. Si je n’ai pas l’habitude de le jouer je m’efforce de jouer la triade principale et de vraiment la « colorer » avec les notes caractéristiques du mode ou la super structure.

Quand vous avancerez là dedans vous aurez vos préférences… il y a des modes qui ne parlent pas plus que ça et même au sein d’une grille je détourne l’emploi de certains.

Par exemple sur un accord m7b5, je joue pense rarement locrien. Je préfère phraser la triade mineure avec ce système: Cm7b5 ça équivaut à Ebm/C et je préfère phraser la triade de Ebm. Sinon j’utiliserais le locrien nat2 issu du mineur mélodique ou le locrien nat6 issu du majeur harmonique. 

C’est vraiment amuser de colorer chaque accord de la grille d’une façon différente, car sur certaines grilles de jazz complexes il est possible de ne phraser que la tonalité générale du morceau, c’est d’ailleurs très intéressant aussi. Phraser d’une façon « motivique » c’est à dire se baser sur la mélodie de base et la développer à son paroxysme est une très très bonne façon de travailler et est totalement complémentaire du travail des modes.

Conclusion

La magie des modes… comme je le dis plus haut on peut phraser avec les « bonnes notes » et pourtant ça ne sonnera pas modal où on entendra pas « le son » du mode et là est finalement toute la magie de la musique.

Comme je dis souvent la musique c’est un langage et les notes sont comme des mots:

« Table, manger, sébastien, guitare, se, voyager » sont tous des mots légitimes et pourtant s’ils ne sont pas agencés correctement la phrase est totalement dénuée de sens.

C’est intéressant aussi de constater que chaque musique à son propre langage.

Ha… c’est bon la musique ! 

MODES IMPROVISATION

Commentaires (5)

digimonlinks cheats
  • 1. digimonlinks cheats (site web) | 28/11/2017
However in addition to that, gameplay is ok.
bastard buster
  • 2. bastard buster | 24/09/2017
très bon article sur les modes sébastien, et comment improviser avec
je trouve que c'est bien que tu écrives des articles de ce type ne serait ce que pour recenser les vidéos du guitar vlog
en tous cas vraiment super boulot.
Olivier maresca
  • 3. Olivier maresca | 19/09/2017
Hello seb ,
Encore un sujet qui m intéresse mais trop poussé encore pour moi. J en suis aux gammes et aux triades pour tenter les inpro.
J y reviendrai.
La bizzz
Olivier
jey
  • 4. jey | 25/06/2017
Génial ! Merci Seb!
SIMONETTI Maurice
  • 5. SIMONETTI Maurice | 25/06/2017
un seul mot SUPER
non trois mots car il y a aussi MERCI SÉBASTIEN

Ajouter un commentaire

Code incorrect ! Essayez à nouveau